Altitudes, entre montagne et dépollution [LECTURE]

Livre Altitudes de Luc Boisnard

J’adore lire, c’est une activité que j’aime depuis ma plus tendre enfance ! Et malheureusement, je lis de moins en moins depuis mon envol à l’université, en septembre 2010. Maintenant que j’ai fini (ou presque) mes études, je renoue avec les livres.

Et j’avais réellement envie de vous parler du livre que je viens de finir : Altitudes, de Luc BOISNARD.

Le pitch

Luc BOISNARD vient du département de la Mayenne, une région plate, sans montagne. Et pourtant, son rêve a toujours été de gravir les plus hautes montagnes du monde, et en particulier l’Everest. Cette passion pour les montagnes l’a amené à pratiquer l’escalade, et à monter son entreprise dans la gestion des travaux en altitude (cordiste).

L’auteur a toujours souhaité gravir l’Everest, le plus haut sommet du monde, dans la chaîne de l’Himalaya. Pour l’année de ses 40 ans, il s’est lancé, avec un projet un peu spécial : dépolluer l’Everest. Comme il l’explique très bien, ce mont est non seulement le plus haut cimetière du monde (les morts ne sont pas rares, dues aux conditions extrêmes à 8 000 mètres d’altitude) mais c’est également la plus haute poubelle du monde. Car les alpinistes se décharges d’objets afin d’arriver au sommet avec le moins de poids sur le corps.

extrait du livre Altitudes

Mon avis sur Altitudes

J’ai adoré ce livre ! Luc BOISNARD apparaît comme un personnage un peu en marge de la société, c’est tout du moins comme ça qu’il se présente au début du livre. Et pourtant, cet homme qui ne voulait pas « faire le mouton » comme le reste de la société, a fini par monter sa boîte.

Au fil des pages, il fait le parallèle entre les compétences acquises en tant qu’entrepreneur et celles nécessaires pour gravir l’Everest. J’ajoute également que j’ai aimé les touches d’humour de l’auteur ! On se rend bien compte des difficultés qu’il a rencontré, notamment pour franchir les paliers d’altitudes, et s’acclimater au manque d’oxygène. On ressent également les joies ainsi que les moments de bonheur et d’amitié avec les sherpas.

Un petit plus : il y a des photographies prises par Luc BOISNARD dans l’ouvrage, de quoi se rendre compte par nos propres yeux de quoi il parle. Un CD documentaire est inclus avec le livre, je ne l’ai pas encore visionné mais c’est pour bientôt !

photos dans le livre Altitudes

A la fin, l’auteur parle beaucoup de lui, de son entreprise et des qualités nécessaires à tout bon entrepreneur. Il expose sa vision de l’entreprise, comment elle devrait être : respect des salariés tout en ayant une faible emprunte écologique tant que possible.

Un regret ? Finalement Luc BOISNARD ne parle pas beaucoup de la dépollution et de la tonne de déchet descendue par son équipe. J’aurais aimé avoir plus d’informations techniques, de mieux comprendre comment l’équipe a pu descendre autant de déchets (même s’il en reste des tonnes et des tonnes). C’était pour moi le cœur du livre, alors que ce n’est finalement qu’un détail.


J’espère que cet article lecture vous a plu ! C’est la première fois que je vous fais un retour sur mes lectures, et si cela vous plaît, je n’hésiterais pas à en rédiger d’autres 

Avez-vous lu Altitudes ? Qu’en avez-vous pensé ?


Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :

Facebook | Instagram | Pinterest


 

Suivez moi sur les réseaux sociaux !
0

2 commentaires

  1. J’avais lu un interview de cet auteur qui racontait son expédition. Moi qui suis passionnée par le trekking, l’alpinisme, et tout ce qui touche à l’Himalaya, je devrais le lire !!! 🙂

    Ninon

    1. Hello Ninon,
      Si tu es fan de tout ce qui touche à la montagne, je suis persuadée que ce livre te plaira ! Je regrette juste qu’il ne parle pas plus de la dépollution.
      A bientôt,
      Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :