Mal-être, timidité et manque de confiance en moi : mes confidences

mal-être, timidté et manque de confiance en moi

Cela m’arrive peu sur le blog, mais je souhaitais rédiger un article un peu plus personnel, comme pour réaliser une introspection de moi-même. C’est un exercice difficile et je ne sais pas bien où je souhaite aller avec cet article. Simplement m’exprimer sur un sujet qui me vient constamment à l’esprit : ma timidité, mon manque de confiance en moi, et mon mal-être général en dehors de mon cercle familiale et amical.

J’en parle assez souvent dans mes articles, par ci par là, selon mes humeurs : je suis une grande timide. J’ai cependant fais de réels progrès depuis quelques temps, c’est pourquoi je vous donnais des conseils pour repousser sa timidité dans cet article. Mais c’est un trait de ma personnalité qui se voit tout de suite : je suis mal à l’aise avec une personne que je connais pas.

La torture du smalltalk

Vous connaissez bien ces phrases bateaux que les gens s’échangent quand ils ne se connaissent pas beaucoup ? « Oh la météo est chouette ! », « Ah vous avez vu aux infos… » entre autre. Et bien je suis incapable d’avoir ce genre de conversation avec des inconnus. Pourquoi ? Au fond je ne sais pas vraiment… Je sais bien que les personnes en face de moi sont humaines, qu’elles ont des qualités, des défauts, des craintes, des réussites, des échecs. Comme moi en fait. Alors pourquoi je n’arrive pas à discuter, d’égal à égal ?

Même si je le voulais, mon cerveau se brouille. Mon esprit se vide. Ma tête se remplit d’air. Plus rien, on m’a perdu. Pourquoi est-ce que je devrais faire la conversation, parfois inutile, avec quelqu’un ? Pourquoi ne pas garder un silence ? Quand des personnes que je connais pas essaient de me parler, elles se rendent vite compte que je ne suis pas naturelle, que je joue un rôle, que je suis timide et que j’essaie de le cacher en réfléchissant trop à ce que je dis. Sauf que ce qui sort de ma bouche est souvent ridicule, sans intérêt.

Et lorsqu’en face on n’essaie pas de me parler, ce n’est pas moi qui vais prendre la parole. Je ne sais pas quoi dire. Alors il y a un silence gênant. Comment engager une conversation ? Pour beaucoup cela paraît hyper simple, même pas besoin d’y réfléchir ! Hop, on balance la première chose qui vient, pas de blocage. Mais pour d’autres, c’est une véritable torture mentale. Beaucoup pense qu’il peut s’agir de condescendance, mais en réalité, il y a toujours ma voix intérieure qui me dit « tu as l’air ridicule, dis quelque chose ! Lance toi ! ». Je m’accable encore plus, et à la fin de la journée, je me rappelle que j’ai été ridicule, je me dis qu’on me trouve stupide, pas intéressante.

Vous vous doutez bien que cela ne m’arrive pas sur le blog ou sur les réseaux sociaux. Bien sûr, je réfléchis un peu plus à ce que j’écris, puisqu’il faut transmettre la bonne émotion sans le son de la voix. Mais je ne suis pas timide sur le web, personne ne m’impressionne. Je discute de tout et de rien, avec tout le monde, et j’aime ça. Oui, sur le web : j’aime les gens. Est-ce que je les aime pas en vrai ? Est-ce qu’ils m’effraient ? Je ne comprends pas pourquoi mon cerveau se bloque lorsqu’il s’agit de discuter avec un inconnu.

J’ai participé en mars dernier à un Start-up week-end, pendant lequel je me suis retrouvée avec des personnes que je ne connaissais absolument pas. Et si une collègue de ma classe ne m’avait pas gentiment forcée, je sais que je ne m’y serais pas rendue. J’ai quand même décidé à la constitution des équipes, de ne pas me mettre avec elle : une première étape ! Par l’objet de notre réunion dans ce lieu, j’ai été obligée de parler, de discuter, de lancer mes idées, de débattre. J’ai également eu la chance de tomber dans une bande d’introvertis, comme moi ! Je pensais que ce week-end m’aiderait pas la suite, mais rien n’a évolué depuis.

En juillet je débutais mon nouveau travail… une ambiance détendue, des collègues sympathiques. Et moi qui me tait, qui n’arrive pas à exprimer quoi que ce soit. Je pose des questions, mais il me faut quelques minutes pour faire et refaire la phrase dans ma tête avant qu’elle ne sorte, timidement. Je ne reconnais même pas ma voix. Même sur des sujets que je connais sur le bout des doigts, je parais hésitante et je bafouille..

Alors oui, vous allez me dire « tu as trouvé du travail, tu as franchi l’étape de l’entretien ! », oui c’est vrai. Mais je dois encore faire mes preuves pendant 6 mois pour obtenir le CDI. Parfois, je souris bêtement à mes collègues, je ne sais pas quoi dire, je me sens tellement mal à l’aise..

Je n’ai pas confiance en moi

D’où cela peut-il venir ? J’ai toujours été une élève studieuse, « ramené » des bonnes notes à mes parents, j’ai fait des études longues (un peu trop à mon goût d’ailleurs), je n’ai jamais fait de grosses bêtises dans ma vie. J’ai un adorable chéri depuis 8 ans maintenant, un nouveau travail qui me plaît déjà beaucoup. Et pourtant ? Je n’ai toujours pas confiance en moi. J’ai toujours été quelqu’un de négatif, à voir le verre à moitié vide. J’apprends, chaque jour le yoga m’aide à sortir de ces pensées là.

Et chaque jour, j’ai dans le recoin de ma tête des : « Roh, je suis nulle ! », « J’ai encore oublié tel truc, quelle nulle ! », « Je n’y arrive pas, qu’est-ce qui cloche chez moi ? ».

En réalité je me mets une pression énorme, pour faire mieux, pour faire bien, pour faire parfaitement les choses. Je sais que l’Homme est imparfait, que ça ne sert à rien d’être parfait et que de toute façon il n’existe pas une définition de la perfection. Mais sans le vouloir, je me rabaisse pour essayer d’atteindre cette perfection. Il faut dire qu’en France, l’éducation n’est pas forcément positive, comme dans d’autres pays où l’on récompense les élèves malgré leurs erreurs.

Alors comment réussir à sortir de ces pensées négatives ? Comment créer une petite voix positive dans sa tête ? Je cherche, j’essaie de faire voler en éclat les « tu es nulle » par « ce n’est pas grave, tu feras mieux la prochaine fois. ». Mais c’est difficile.

Et ce manque de confiance en moi se répercute forcément.. au travail et dans ma vie sociale. J’aimerais rencontrer de nouvelles personnes et partager plus de choses. Mais j’en suis incapable, au delà de mon blog. J’aimerais montrer ma véritable personnalité, et que l’on arrête de me catégoriser de « timide ». Car quand on me connaît vraiment, je suis tout sauf timide : j’ai un brin de folie comme tout le monde, j’aime rire, j’aime manger et boire, j’aime sortir découvrir le monde. Je ne suis PAS QUE la fille timide.

Je ne suis pas comme les autres

Je n’ai jamais été véritablement un mouton qui suit les autres. Bien sûr, il m’est arrivé de me mettre dans le rang, mais ça m’a rapidement gonflé. Au collège, au lycée, puis à la fac : je ne voulais pas faire comme tout le monde, car je n’étais pas comme tout le monde. Et aujourd’hui encore ! J’ai des goûts très différents de beaucoup de personnes, c’est donc difficile de trouver des sujets de discussions.

Cela m’a souvent valu d’être à l’écart, en général, il n’y a qu’une fille un peu bizarre qui aime les trucs « chelous », et bien j’ai souvent été cette fille. Moi je n’écoute pas Beyoncé et je ne regarde pas de télé-réalité sur NRJ12. Je regarde Arte, LCP, des documentaires, quelques séries. J’écoute de la musique qui me fait vibrer et pas celle qui fait vibrer les radios (qu’on soit honnête, beaucoup font semblant d’aimer pleins de choses pour être « accepté » des autres). Cela ne veut pas dire que je n’apprécie pas discuter avec ces gens, chacun aime ce qu’il aime !

D’un côté, être moi, avec mes goûts et mes choix, je ne l’ai jamais regretté. J’ai ma personnalité, et je n’essaie jamais d’être comme les autres. Je ne cache jamais que je DÉTESTE les chanteurs actuels au point d’éteindre la radio. Et d’un autre côté, j’ai longtemps été à l’écart, la rabat-joie, celle qui n’aime rien, qui ne s’amuse pas. Et pourtant j’aime m’amuser, comme tout le monde..


Cet article a aussi été difficile à rédiger.. difficile d’admettre ce que l’on est parfois. Et difficile de ne pas réussir à changer. Bien sûr j’aime ma nature, je ne veux pas radicalement changer, mais j’aimerais pouvoir être plus à l’aise en société. Aujourd’hui je ne me sens pas acceptée par elle.

FACEBOOK | INSTAGRAM | PINTEREST

mal-être, timidité et manque de confiance en moi : mes confidences

19 commentaires

  1. Hey coucou 🙂 On pourrait s’entendre entre être bizarroïdes que les autres ont du mal à comprendre ^^ Je suis pareille que toi sur pas mal de points, même si à vieillir j’apprends à faire de ma différence une force. La confiance en soi n’est pas simple à atteindre, et même si on a une apparence qui peut faire croire que l’on a une confiance en nous inébranlables, ce n’est pas forcément la réalité. Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que tout le monde à un minimum de manque de confiance en lui. Les gens qui disent le contraire, sont souvent des menteurs. On a tous des doutes, des craintes … La seule chose que je pourrais te dire c’est que tu n’as pas volé ce que tu as: tu as travaillé dur, rien lâché, persévéré même quand ce n’était pas facile … c’est comme ça que tu en arrives où tu es. Tu es légitime à ta place, ne l’oublie pas. Tu peux avoir confiance en toi et en ce que tu es 😉 Bises

    1. Hello !
      Haha oui j’imagine bien que je ne suis pas seule dans ce cas… on va créer un club ^^
      Oui beaucoup font semblant d’avoir confiance en eux mais c’est une facade… j’aimerais au moins pouvoir m’affirmer plus au travail car en plus ce que je fais me passionne !
      Merci pour ton gentil commentaire 😊😊

  2. Salut!!

    Je me reconnais beaucoup dans ton témoignage. Je réfléchis aussi très longtemps avant de parler, j’ai la hantise de croiser quelqu’un dans l’ascenseur car je ne saurai pas quoi lui dire et je culpabilise beaucoup sur comment j’ai pu réagir (« je suis bête j’aurai dû dire ça » ou »je n’aurai pas dû réagir comme ça on va penser que je suis malpolie », etc).

    Comme toi je n’ai jamais fait « comme tout le monde », surtout quand j’étais plus jeune. Je ne m’intéressais pas trop aux choses de mon âge (musique ou séries ou amourettes) mais préférais lire et m’intéressais à des sujets bien différents des jeunes de mon âge.

    Etre timide et ne pas avoir confiance en soi ce n’est pas facile du tout à gérer au quotidien. Il y a peu de temps j’ai lu le livre « La peur des autres » de Christophe Andre et il m’a beaucoup plu.

    Comme tu l’as dit dans ton article sortir de sa zone de confort aide beaucoup mais c’est un travail de tout les jours, il se faut pas se relâcher 🙂

    Petit à petit j’apprends à assumer ma timidité et à dire au gens que je suis un peu timide, cela m’aide bizarrement à être moins timide!

    Courage à toi 🙂

    Flore

    1. Hello Flore,
      On se comprend très bien toi et moi alors !! Effectivement, il y a toujours ce sentiment d’avoir eu l’air ridicule que je n’arrive pas à empêcher.. Et c’est un dur combat de tous les jours, beaucoup de gens qui se disent timides et ne le sont pas réellement, ne se rendent pas compte !
      J’aime beaucoup Christophe André pour la méditation, je vais voir le livre dont tu me parles !
      Belle soirée et bon week-end !

  3. Coucou !

    C’est fou, cet article j’aurais pu l’écrire. Bien sûr que la timidité et la confiance en soi ont un lien direct. Moi j’ai essayé de contourner le problème. Petite, j’étais très timide et les autres me marchaient un peu dessus. La petite fille coincée au fond de la cour qui regarde tout le monde avec un regard de cocker n’impressionnait personne et était la cible idéale. J’ai donc petit à petit caché ma timidité. Elle était toujours présente, me rongeait toujours mais était moins visible de l’extérieur. A l’adolescence j’ai eu une phase de caractère un peu trop fort, toujours pour cacher cette difficulté. Maintenant ça s’est apaisé mais j’ai un peu appris grâce à ça à faire les premiers pas. C’est toujours pas gagné.

    Je pense qu’il faut essayer de s’accepter. Je suis timide, c’est comme ça. Quand je rencontre des gens, j’essaie de leur dire rapidement et ça peut parfois être le moteur de la discussion. « Je suis désolée, je suis un peu timide du coup j’ose pas trop discuter avec vous mais ça m’intéresse beaucoup ». Comme ça les gens prennent en compte cette timidité et j’ai l’impression qu’ils vont moins me juger, ils sont prévenus. Je ne sais pas si ça peut t’aider, je l’espère 🙂

    Je t’embrasse très fort en tout cas 🙂
    Léa

    1. Hello Léa,
      Contrairement à toi, je n’étais pas particulièrement timide quand j’étais enfant.. mais à force de rencontrer les mauvaises personnes (il faut dire que les enfants peuvent être TRES méchants) ben ça n’aide pas. Du coup je me suis souvent mise à l’écart aussi.
      Personnellement je ne suis pas du tout à l’aise avec le fait de dire aux gens que je suis timide.. et puis ils le voient tout de suite. Mais j’aurais peur que justement, ça glace la conversation.
      En tout cas c’est super si tu as trouvé le truc et si ça t’aide !
      Bon week-end.

      1. Je pensais ça aussi mais au contraire, les gens sont bienveillants et touchés qu’on s’ouvre à eux. Même si ça se remarque sans le dire, ça engage la conversation 🙂 Moi je trouve que c’est un bon deal ahah mais je comprends que ça te semble pas être une bonne solution !

        Bon week-end à toi aussi 🙂

        1. C’est une très bonne idée de le dire ! C’est vrai que personnellement je ne suis pas vraiment timide et j’ai pas de problèmes à discuter avec des inconnus, et d’ailleurs le fait que qqn me dise qu’il est timide ça m’aide à m’en rendre compte et du coup je pourrais essayer de mettre à l’aise la personne en posant des questions, lançant des sujets de discussion etc. On voit pas forcément quand les gens sont timides, Claire 🙂 Une fois le premier jour de ma formation d’éducatrice, j’étais assise à côté d’une fille et j’ai lancé une discussion, mais elle répondait assez peu et j’ai cru que je la soulais. Par la suite on en a rediscuté et elle m’a dit qu’elle était tellement timide et très contente que qqn vienne lui parler que du coup elle savait pas comment faire, ça l’a bloquée ! Et je m’en étais pas rendue compte du tout, je la trouvais froide et pas intéressée à discuter avec moi ^^
          Comme quoi l’idée de Léa est excellente ! Si elle m’avait prévenu qu’elle était timide on aurait sûrement pu discuter plus 😉
          Par contre c’est vrai que je suis pas timide, mais je suis aussi très différente des autres. J’aime pas faire la fête et je préfère rester tranquille chez moi ou faire des soirées à la maison plutôt qu’à l’extérieur 🙂 Pendant longtemps j’ai cru que j’avais un problème ^^
          Bref, très bel article, de ce que j’ai vu des commentaires, tu n’es pas la seule et ça fait plaisir à lire qu’il y a aussi des gens différents (ou comme « nous ») 🙂

          1. Merci pour ton commentaire tout gentil Roberta ! Je me souviens avoir déjà essayé de dire que j’étais timide… je n’ai pas du tomber sur les bonnes personnes, car soit les gens allaient parler avec d’autres, soit j’avais des réflexions du style « oh c’est nul, ça sert à rien d’être timide ». Mais ça je le sais… mais c’est contre mon gré !
            Comme toi je préfère les soirées tranquilles à la maison, en petit comité. Il n’empêche que j’aime rencontrer de nouvelles personnes car cela est très enrichissant. Mais malgré mes voyages pendant mes études, ça reste compliqué !
            Belle soirée à toi 🙂

  4. Hello Claire,
    Pour avoir vécu des moments difficiles par le passé car j’avais du mal à communiquer, je peux t’affirmer que le premier pas est la prise de conscience. Sans te forcer, ni te mettre la pression, continues à sortir de ta zone de confort 🙂 C’est un travail de tous les jours c’est vrai, et cet article de blog montre que tu es sur la bonne voie !

    1. Merci pour tes conseils, c’est vrai qu’il faut faire des efforts et ne rien lâcher ^^ Car une fois que je suis à l’aise avec des personnes, il n’y a plus de problèmes. Il faut donc recommencer à chaque fois…
      Beau dimanche à toi

  5. Hello,
    Je me reconnais tellement dans ton article. Je ne sais pas non plus engager la conversation et c’est assez dérangeant je trouve. Je me sens bête de ne pas avoir de conversation alors que ça à l’air pourtant si facile.
    Et la confiance en soi… N’en parlons pas.
    En tout cas ça fait du bien de lire un article de ce genre, bien que ce n’est pas très positif, on se sent moins seule à ressentir cela. C’est difficile de sortir de sa zone de confort et c’est très frustrant quand finalement ça ne change pas vraiment les choses après.

    1. Hello Manue,
      oui moi aussi je me sens souvent bête, j’essaie de discuter même si c’est difficile, et je me dis qu’un jour je réussirai naturellement avec l’habitude…
      Bon courage à toi !

    1. Ah oui nous sommes malheureusement beaucoup dans ce cas là… courage, chaque jour il faut se forcer un peu plus et sortir de sa zone de confort !

  6. Ton article m’a beaucoup touché.
    Tu as raison de garder ta personnalité et de ne pas vouloir la changer.
    Pour la timidité, laisse toi du temps et essaye d’y aller par étape, par exemple tente de parler à un de tes collègue, d’engager la conversation, laisse toi par exemple dix jours pour atteindre cet objectif et après passe à un suivant. Tu arriveras peu à peu à te libérer et tu te poseras beaucoup moins de questions. C’est difficile de se faire violence mais après tu sauras d’autant plus fière de toi.
    Sinon il y a la technique de « jouer un rôle », répète toi que tu es la meilleure car tu l’es ! (tu manques juste de confiance) et lance toi ! Essaye d’écrire les choses positives qui t’arrivent dans la journée, ça t’aidera à relativiser également.

    Si tu veux en parler davantage, n’hésite pas !
    Courage, tu es une belle personne, j’en suis convaincue.

  7. Je me reconnais tellement dans tout ce que t’as dit, la torture des smalls talks, l’esprit qui se vide, cette pensée constante que de toute façon ce que je vais dire ne sera pas intéressant à entendre … c’est vraiment épuisant de s’efforcer à parler, combler le vide quand on a juste envie d’être seule dans le silence, pourquoi devons-nous toujours nous adapter plutôt que d’assumer notre coté plus « discret » et plus « calme » ?
    J’ai l’impression que c’est un fardeau alors que ça devrait juste être un trait de caractère comme un autre, d’ailleurs ça me pénalise aussi dans mes relations amoureuses je me dis que personne voudra de quelqu’un de peu « bavard » même si j’ai d’autres qualités. Car oui on m’a souvent reproché de ne pas assez parler, d’être trop silencieuse etc.
    Comment ça se passe dans ta vie de couple, est-ce que ça été aussi ou c’est encore difficile à vivre à ce niveau la ?

    1. Comme on se comprend… tu as raison, c’est finalement un trait de caractère comme un autre, être timide ne signifie pas être inintéressant !
      J’ai la chance d’avoir trouvé quelqu’un avec qui je me suis tout de suite sentie très à l’aise. Bien sûr j’ai eu un peu de timidité au début, mais ce n’était pas celle de tous les jours, c’était celle de la fille qui craque sur un beau garçon 🙂 et en réalité quand on apprend à me connaître, je suis hyper bavarde, il faut juste que j’ai confiance en qui je parle. Du coup je n’ai aucun soucis avec mon copain : il trouve que je parle trop ! En revanche, avant lui, c’était une catastrophe en effet, mais pour moi cela veut dire que ce n’était pas les « bons » pour moi ! J’espère que tu pourras trouver quelqu’un qui ne te fera pas te sentir timide, comme je l’ai trouvé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :