Manger local ou manger bio ?

panier bio alimentation saine

On le sait bien, en ce moment, la bio est à la mode ! Les consommateurs sont de plus en plus friands de produits estampillés de labels bios, puisque c’est censé être un gage de qualité des produits. Par conséquent, les marques aussi proposent de plus en plus de gammes bio, car aujourd’hui, « on sait » fabriquer du bio industriel.

A contrario, de nombreuses personnes consomment des produits locaux : de leurs régions ou seulement du territoire français. Alors, une question me vient souvent à l’esprit : Faut-il manger local ou manger bio ?

Avantages et inconvénients de la bio

Que veut dire manger bio ? Théoriquement, cela signifie que les produits ne contiennent pas ou très peu de pesticides.

Quand on parle de fruits et légumes, on imagine donc qu’ils ont poussé naturellement, sans produits chimiques leur permettant de se développer plus rapidement. Et lorsque l’on parle de produits transformés, de manière générale ce sont les ingrédients principaux qui sont « issus de l’agriculture biologique ». Cela n’empêche pas quelques ingrédients de ne pas « être bio ».

En France, la consommation bio a augmenté de 21,7% de 2015 à 2016 (source).

Les + de la bio

  • les produits sont « naturels »
  • ils sont donc meilleurs pour la santé
  • et également plus respectueux de l’environnement et des agriculteurs

Les – de la bio

  • les produits sont plus chers
  • il y a toujours des résidus de pesticides portées par le vent, venant d’autre productions proches
  • les marques mettent des labels bio sur tous les produits, la bio devient aujourd’hui un argument marketing

assiette saine de saison

Avantages et inconvénients du local

Manger local ne veut pas dire manger bio, mais il est possible d’associer les deux. Manger local, c’est refuser de manger des produits qui viennent de l’autre bout du monde, ou même d’un pays voisin. C’est privilégier les producteurs de sa région ou de son pays. Il faut être honnête : il y a en France assez de productions pour se nourrir correctement.

Les + du local

  • on sait d’où viennent les produits et par quelles lois leur production est contrôlée
  • cela favorise les emplois locaux
  • on mange des aliments de saisons

Les – du local

  • on ne trouve pas tous les aliments (avocats ? ananas ? kiwi ?)
  • local n’est pas synonyme de qualité

Mes convictions

Pour ma part, j’essaie de faire la part des choses entre bio et local. Mes valeurs vont sans hésiter vers la protection de notre planète et de notre santé. J’ai largement une préférence pour des produits bio, qui ont poussé naturellement, même s’ils viennent de loin.

Il y a bien évidemment une part de contradiction : les transports polluent. Oui mais les produits sont certainement meilleurs puisqu’ils n’ont pas – ou très peu – été contaminés par des polluants. Cela crée également des emplois au delà de nos frontières, car tout être humain a le droit d’exercer son métier, dans chaque pays. Je fais évidemment attention, lorsque j’ai le choix, à la provenance (exemple : acheter des avocats d’Espagne et non du Mexique).

Selon moi, manger local n’est pas synonyme de qualité ! On peut très bien tomber sur des agriculteurs peu scrupuleux, qui utilisent des pesticides dans leurs champs, à quelques kilomètres de nous. Dois-je manger des pesticides pour favoriser un producteur local ? De mon point de vue, non.


Et vous ? Plutôt locavore ou fan de bio ?

A lire : quand j’ai arrêté de consommer des grandes marques

Namasté 

Suivez moi sur les réseaux sociaux !
0

4 commentaires

  1. Après les différents échanges que nous avons pu avoir récemment, je ne suis pas étonnée de découvrir cet article ici aujourd’hui. Une réflexion que j’ai également. J’ai la chance d’allier les deux, le bio et le local, grâce aux paniers AMAP auxquels j’ai accès à mon école. Et qui vont terriblement me manquer d’ici quelques semaines !
    Je voulais ajouter quelques petites choses. Un produit transformé bio peut contenir certes quelques ingrédients non plus, mais ça se limite à 5% maximum. Car un produit bio doit contenir 95% de sa liste d’ingrédients certifiés. Donc ça reste faible. Mais nous sommes d’accord, un produit transformé reste un produit transformé, qu’il soit bio ou non. Du sucre reste du sucre, du beurre reste du beurre… Aussi, pour les kiwis, il est très accessible de se procurer des kiwis français, surtout en cette période :). Par contre c’est vrai que pour les ananas, mangues, bananes et cie, c’est plus compliqué.
    Très belle semaine Claire. À bientôt,

    1. Hello Marie,
      J’entends beaucoup de gens parler de locavorisme, de bio… avec mon copain nous avons aussi ce débat puisque lui préférerait être locavore. J’avoue que je prends ce que je peux à Biocoop, heureusement il y a souvent des avocats qui viennent de pays assez proches. J’aimerais aussi beaucoup m’abonner à une AMAP mais j’ai vraiment peur du contenu que les paniers peuvent contenir. Je préfère vraiment choisir plutôt que l’on m’impose quelque chose et que je n’ai plus le plaisir de manger !
      Très belle semaine à toi également,
      Claire

  2. Je fais comme toi, mon premier critère c’est le bio, si en plus c’est local, tant mieux! Mais je préfère des agriculteurs même lointains qui font attention à la planète que des agriculteur qui polluent près de chez moi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :